A l’issue des sélections, deux projets structurants sont soutenus par le défi, à hauteur de 30 000€ chacun.

Les projets émergents du Défi Clé Water Occitanie ont pour caractéristique de soutenir des projets comportant un risque quant à l’atteinte de leurs résultats. Ils soutiennent l’émergence de consortia d’équipes menant des travaux de recherche fondamentale (TRL</=3) autour d’un objectif ambitieux, ayant des perspectives d’avenir vers un appel à projet national ou international.

Un des projets conditionné à des révisions, il sera réexaminé à l’automne.

Le projet EXTRANEFdu Défi Clé Water Occitanie

Extraction des nanoplastiques présents dans les eaux par filtration membranaire

Porteur : Christel CAUSSERAND – LGCContact

Le projet vise à trouver les conditions permettant d’extraire des nanoplastiques (NP) d’une eau douce afin d’en analyser la composition, la structure et en permettre le calcul des flux et l’étude toxicologique.

Pour cela le projet EXTRANEF propose de rechercher les conditions de mise en œuvre d’un nouveau système de filtration dédié qui devra satisfaire les contraintes de prélèvements de terrain, et pourra être éprouvé lors de campagnes sur cours d’eau. La définition des conditions optimales de fonctionnement de ce système passera par l’acquisition de connaissances sur les caractéristiques physico-chimiques des NP et sur leur comportement en matrice complexe.

Ainsi seront étudiées les interactions avec les composés organiques, inorganiques et biologiques présents dans l’eau. Les données collectées serviront à une première évaluation de la migration des NP en environnements naturels, possiblement en amont et en aval de systèmes de réutilisation des eaux.

Le projet BREW du Défi Clé Water Occitanie

Le projet BREW propose un projet sur la qualification des eaux grises issues de l’activité de brassage de la bière.

Porteur : Mikaël AKIMOWICZ – LEREPSContact

Le brassage de la bière, activité qui s’est largement développée en Occitanie, est une activité gourmande en eau. Susceptibles de pouvoir réaliser des efforts sensibles pour réduire leur consommation d’eau via des étapes de traitement et de réutilisation des effluents aqueux et de leurs contenus minéraux et organiques, les brasseurs sont également sensibles à l’intégration de la dimension environnementale dans la définition de la qualité de leurs bières.

Question sociétale, la gestion de l’eau est également un sujet de préoccupation pour les consommateurs de plus en plus responsables de leurs décisions d’achats. Toutefois les procédés de traitement et de réutilisation de l’eau peuvent être perçus de manière négative par ces derniers. Dans le projet interdisciplinaire BeeR Economic in Water (BREW), nous proposons de qualifier les eaux grises issues de l’activité de brassage pour définir des scenarii de traitement et de réutilisation de l’eau tout en nous posant simultanément la question de la perception de la qualité de la bière par les consommateurs afin de mettre en évidence les facteurs contribuant à la construction de cette qualité.